Découverte d’une nouvelle prophétie de Ramiro Arrue

AP – 21-05-2014
Le peintre basque Ramiro Arrue avait prévu dès les années 30 la rencontre de la culture populaire américaine et de la culture traditionnelle basque. C’est le sujet d’une étude troublante présentée mardi par le docteur N.J. Douglas de l’université de l’Idaho, qui a notamment étudié une toile de 1932 figurant, selon lui, la chanteuse américaine Madonna et un musicien du groupe basque Kalakan dansant ensemble sur une place de village.

Sagarrajo-Folklore-detail-Madonna Cette gouache de la série « Romeria vasca » présente, selon le spécialiste, quelque 212 points de cohérence morphologique avec ces deux artistes contemporains. « Il s’agit sans doute de la plus claire et de la plus précise des prédictions de l’artiste basque » a affirmé Douglas lors d’un colloque très applaudit réunissant chaque année à Boise city les plus grands spécialistes mondiaux de l’histoire de l’art.

Sagarrajo-Folklore-detail-ThierryRamiro Arrue (1892-1971), surnommé dans sa ville de Saint-Jean-de-Luz (Pays Basque de France) « igarletxo » (‘le devin’ en basque) a déjà fait l’objet de nombreuses études sur ses œuvres prémonitoires.

Maria de Isasi, auteur de Ramiro Arrue, peintre basque, a qualifié cette découverte d’ « historique ». « Jamais dans l’histoire de la peinture nous n’avons pu constater une telle précision sur des faits qui ne s’étaient pas encore produits »a-t-elle réagit. « Non seulement les visages sont précis et ressemblants mais la scène a existé et a été enregistrée, nous pouvons la comparer » a-t-elle ajouté.

Le professeur Douglas s’est en effet servi d’un film tourné en 2012 lors de la tournée de la chanteuse américaine Madonna avec le groupe basque Kalakan pour retrouver les personnages de cette Romeria Vasca.

« Ce film n’est actuellement qu’un projet » a expliqué Douglas. Il est en cours de financement par le biais d’une souscription populaire de Crowdfunding. « Il faut que nous nous mobilisions pour financer ce documentaire et accomplir la prophétie de Ramiro Arrue » a insisté le professeur, rappelant que les scènes prémonitoires d’Arrue s’étaient toutes réalisées, comme Mai 68 (Folklore du pays d’Oï), les fêtes de Bayonne (La noce Basque) ou son cancer du poumon (Tar barnean).

« Si le film ne parvenait pas à être financé, ce pourrait être la plus grande catastrophe artistique de l’art prémonitoire »a confirmé Olivier Ribeton, spécialiste de Ramiro Arrue au Musée basque et porte parole du collectif « Hoax pour la bonne cause ».

Auteur : S. Dahegia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *